^

L’idée d’organiser un séminaire européen à Vilnius en coopération avec le Parlement de la Lituanie est née lors de la conférence des Vice-présidents d’EUROPA qui s’est réunie le 29 mars 2019 à Limoges.

Portée et soutenue par Eglé STONKUTE, en sa qualité de directrice du « Baltic Institute for Research and Development » et par ailleurs 1ère Vice-présidente du Conseil scientifique d’EUROPA, cette initiative pourrait conduire à l’organisation d’une conférence internationale sur le thème : « Politique de Sécurité et de Défense Commune (PSDC) : Quel avenir pour la défense européenne ? ».

Depuis cette date, l’équipe du secrétariat général d’EUROPA a réfléchi sur les thématiques à aborder lors de cette conférence, qui pourrait dès lors s’articuler autour des axes suivants :

Une note de conjoncture a été transmise à Eglé STONKUTE qui a discuté de la faisabilité de cette opération avec les représentants de la Commission Sécurité et Défense du Parlement lituanien devant lesquels elle a présenté le projet initié par EUROPA.
Devant le vif intérêt manifesté par ceux-ci, le principe de l’organisation d’une conférence internationale sur le thème « Politique de Sécurité et de Défense Commune (PSDC) : quel avenir pour la défense européenne ? », a été arrêté. Elle pourrait donc se dérouler en Lituanie, le vendredi 25 octobre 2019 à l’université Vytautas-Magnus de Kaunas.

1er axe : Qu’est ce que la PSDC ?

La PSDC fait partie intégrante de la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) dont elle constitue le volet opérationnel.

La PSDC donne à l’Union européenne la possibilité d’utiliser des moyens militaires ou civils destinés à la prévention des conflits et à la gestion des crises internationales.

2e axe : Quels acteurs pour la PSDC ?

  • Les Institutions
  • Les organes de soutien
  • Les Agences
  • Les États

3e axe : Où en est aujourd’hui la PSDC ?

En 2016, suite à l’élection de Donald Trump et dans le contexte du Brexit, la PESC et la PSDC ont pu se voir relancées, notamment au travers de la proposition d’un « paquet défense ».

Il y a 3 volets à cette relance : création d’un fonds européen de défense, la coordination des instruments militaires, et la coopération structurée permanente (en place depuis décembre 2017).

4e axe : Quelles menaces pour la PSDC ?

  • Menace terroriste
  • Menace migratoire
  • Menace climatique
  • Menace démographique
  • Cyber-menace
  • Menaces « hybrides »

5e axe : Quels obstacles pour la PSDC ?

  • Crise économique, les difficultés financières
  • Tendance au repli sur soi, la montée des nationalismes
  • Européanisme et atlantisme, la difficile conciliation avec l’OTAN

6e axe : La PSDC peut-elle être considérée comme un facteur de puissance pour l’Union européenne ?

La question se pose ici de savoir ce qui est entendu aujourd’hui par la notion de « puissance », cette dernière n’étant pas nécessairement militaire, mais aussi normative. Il est donc possible de se demander si la PSDC ne conférerait pas à l’Union, outre la simple puissance militaire, un vecteur de puissance, de cohésion et de solidarité.

7e axe : La PSDC face au Brexit

Le Royaume-Uni, dès l’origine très peu investi dans la construction de la défense européenne, va offrir un nouveau dynamisme à celle-ci. Pourtant, la question de son positionnement face à cette construction s’avèrera cruciale : implication plus grande du Royaume-Uni ou à l’inverse recherche d’affaiblissement de ce projet ?