^

Vendredi 29 novembre 2019 – Limoges

EUROPA organisera le vendredi 29 novembre, son 23e colloque européen sur le thème : « Les politiques agricoles et de développement rural en Europe : pour une agriculture au service de l’attractivité des territoires ? ».

Pour l’instant, s’il est sûr que cette édition se tiendra bien à Limoges, le lieu où se déroulera le colloque n’est pas encore définitivement fixé.

Comme il est de tradition, le patronage du Conseil de l’Europe dont EUROPA est membre de la conférence des OING, a été sollicité auprès du Secrétariat Général et comme c’est désormais le cas depuis quatre ans, le colloque EUROPA 2019 cherchera à s’inscrire également dans le cadre des travaux de l’Intergroupe du Parlement Européen « Services Publics et biens communs ».

Le thème du colloque EUROPA 2019 a été décidé lors du Comité de pilotage (COPIL) qui s’est tenu le mercredi 20 mars à l’Université de Limoges et qui, comme à l’accoutumé, réunissaient les principaux acteurs institutionnels, économiques et sociaux qui, tant au niveau national que régional, au sein de la Nouvelle Aquitaine, sont concernés par les évolutions majeures que connaît le monde agricole et leur impact sur le développement rural.

L’implication forte de la Chambre d’agriculture de la Haute-Vienne lors de cette première réunion, représentée pour l’occasion, par Bernard DUMAS, attaché de direction, a permis de dégager une première architecture provisoire du colloque EUROPA 2019, articulée autour des thématiques suivantes : agriculture et société ; les enjeux de la réforme de la PAC ; agriculture et territoires ; agriculture et innovations technologiques, et de la nécessité de présenter les défis auxquels doivent répondre les politiques agricoles en Europe au regard des attentes formulées tant par les différents acteurs institutionnels : l’Europe, les Etats membres de l’UE, les collectivités territoriales, que par la société civile au travers des agriculteurs et des citoyens.

Cette structure provisoire a été validée, modifiée et complétée le vendredi 29 mars, à l’occasion de la Conférence des Vice-présidents d’EUROPA qui s’est tenue à l’Université de Limoges et qui a souhaité qu’une ligne directrice et une grille de lecture soient apportées au programme du colloque, au travers de la notion de « cohésion territoriale » et en termes d’attractivité des territoires.

Une deuxième réunion du COPIL du colloque EUROPA 2019 s’est tenue le mercredi 19 juin dans les locaux du Site Chéops 87 de la Délégation régionale du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) qui nous accueillait pour la première fois à l’invitation de son nouveau directeur, Thierry GEVAUDAN. Cette seconde réunion a permis d’arrêter définitivement la structure du colloque EUROPA 2019 et de préfigurer la liste des membres du « Club des partenaires » qui soutiendront cette opération et y seront étroitement associés.

Il est à noter, dès à présent, la participation confirmée de Thierry POUCH, chef du service des études économiques de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture à Paris, et chercheur associé au laboratoire Regards de l’Université de Reims Champagne Ardenne, en qualité de rapporteur de la séance introductive du colloque EUROPA 2019.

Programme du colloque

Confrontée à des défis inédits, par leur nature et leur ampleur (liés notamment aux bouleversements des grands équilibres planétaires : géopolitiques ; climatiques ; environnementaux ; démographiques), l’agriculture en Europe doit en outre répondre à des enjeux spécifiques aux États membres de l’Union, notamment en termes de cohésion sociale et territoriale.
En matière de cohésion territoriale, tout d’abord, elle participe à la mise en valeur des territoires ruraux mais également péri-urbains, à leur développement, à leur attractivité, à leur compétitivité.
En matière de cohésion sociale, ensuite, l’agriculture répond également à un impératif d’égalité, ou d’équité, dans l’accès aux ressources alimentaires, lesquelles doivent par ailleurs atteindre des standards de qualité correspondant à des niveaux d’exigences sociétales renouvelées et renforcées.

Face à ces défis majeurs, à des attentes protéiformes, émanant de l’Union elle-même, des États, des citoyens, des agriculteurs… quelles réponses apporter, quelle(s) politique(s) publiques mobiliser ? Quelle intervention publique mettre en œuvre pour atteindre l’objectif de cohésion ? Comment préparer l’agriculture européenne aux bouleversements qui l’attendent ? Comment accompagner sa mutation ?

Séance introductive : L’agriculture au niveau européen : quels défis à relever dans un contexte mondial de crise ?

  • Défi géopolitique : souveraineté et sécurité alimentaires
  • Défi climatique et environnemental : disparition des terres arables et des surfaces agricoles utiles (SAU) liée au réchauffement climatique, et à la politique économique expansionniste de certains États…
  • Défi démographique : croissance de la population mondiale ; déplacements de populations liés aux bouleversements climatiques et aux conflits armés.

Table Ronde 1 : Quelle(s) politique(s) agricole(s) et de développement rural en Europe, en réponse aux attentes des institutions et de la société ?

Les différents acteurs institutionnels (États membres ; Collectivités territoriales) ainsi que la sociétés civile (citoyens ; agriculteurs ; consommateurs) formulent aujourd’hui des attentes qu’il convient d’identifier et de prioriser, afin de voir de quelle manière elles peuvent être conciliées avec les défis auxquels doit faire face l’agriculture au niveau européen, et en quoi les réponses qui leurs sont apportées par l’Union peuvent être des instruments au service du développement rural et de l’objectif de cohésion sociale et territoriale.

Quels sont les outils de coordination, d’articulation, de priorisation de l’expression de ces différentes attentes qui peuvent être mis en œuvre ? Dès lors, une politique agricole et de développement rural réellement européenne est-elle possible ? Entre soutien aux activités productives agricoles et lutte contre les inégalités territoriales, comment définir à l’échelle des 27/28 États membres des priorités communes ? Quels sont les objectifs poursuivis au travers de la nouvelle PAC ?

Table Ronde 2 : Entre régulation sectorielle et politique territoriale, quelle(s) gouvernance(s) des politiques agricoles et de développement rural et quelle(s) intervention(s) publique(s) pour répondre à l’objectif de cohésion sociale et territoriale ?

Comment les politiques publiques intègrent-elles les enjeux liés à l’activité productive agricole et au développement rural ? La régulation des marchés agricoles et la sécurisation de l’approvisionnement alimentaire ne peuvent pas se raisonner uniquement au sein des territoires ruraux, ils nécessitent une coordination à des échelles supérieures afin de garantir la cohésion entre les territoires, tant au niveau national, qu’européen et mondial.

  • Quelles expériences des États membres peuvent-elles être mises en avant notamment s’agissant de la mobilisation du second pilier de la PAC ?
  • Quelles politiques associées (emploi ; économie ; aménagement du territoire ; formation ; recherche ; offre de services publics…) peuvent-elles être mobilisées pour répondre à cette pluralité d’attentes et participer au maintien des agriculteurs dans les territoires ruraux ?
  • Quelle reconfiguration de l’espace rural liée à l’évolution des pratiques agricoles ?
  • Quelle place pour l’agriculture au sein des espaces urbains et péri-urbains ?
  • En quoi l’agriculture participe-t-elle au marketing des territoires : appellations, labels, qualité environnementale ; peut-on parler d’une éthique de la production agricole ? Et celle-ci est-elle au service du développement des territoires, notamment de leur communication ?

Table Ronde 3 : Préparer le secteur professionnel agricole aux enjeux de demain : quelle agriculture en Europe à l’horizon 2025 pour des territoires compétitifs et solidaires ?

  • De quoi l’agriculture sera-t-elle demain le nom ? Comment ses fonctions – sociales, économiques, environnementales – évolueront-elles ?
  • Quelles transformations sur le métier d’agriculteur ? Aujourd’hui que veut dire être paysan ? Protéger la biodiversité ? Participer à la production d’énergie ? Entretenir les paysages ? Assiste-t-on ou non à une remise en question de l’agriculture intensive, mécaniste, … au profit de l’agriculture paysanne ? Au retour des paysanneries ?
  • Quel impact des (r)évolutions technologiques sur le métier d’agriculteur et sur les pratiques agricoles ? Surveillance par drones ; intelligence artificielle ; aide à la décision ; big data ; météorologie, sélection génétique, R&D, expérimentation, etc.
  • Quelle(s) formation(s) pour les agriculteurs : non seulement en formation initiale mais aussi en formation tout au long de la vie et quel rôle pour les opérateurs de compétence ? Ces évolutions entrainent-elles des transformations des profils sociologiques des agriculteurs ?
  • Quels changements, quelles évolutions dans la structure des exploitations agricoles en Europe ? Existe-t-il encore un modèle agricole européen en termes de structures d’exploitation ? Quel impact sur leur compétitivité ?
  • Comment est assurée la transmission des exploitations agricoles dans les États européens ?